IM-PRAUD-BABLE : on a aimé l’Heure des Pros

Fallait nous imaginer hier soir quand on s’est décidé à faire un article sur l’Heure des Pros, l’émission matinale de Cnews. On était tous les deux en mode Diabolo et Satanas « héhéhé on va bien se marrer avec ces vieux réacs qui passent leur temps à se gueuler dessus ».

Mais ce matin, quand je me suis posé avec mon plateau du petit dej’ devant l’Heure des Pros, il faut bien avouer que Pascal Praud et ses invités m’ont vite retourné. J’avais l’image d’une émission-café du commerce, où les invités se vociféraient dessus sans forcément avancer d’arguments crédibles. Des quelques émissions que j’avais regardé l’an dernier, il y avait Clément Viktorovitch qui devait se défaire d’une horde d’éditorialistes énervés et surtout qui avait du mal à se faire entendre alors qu’il semblait être le seul à avoir bossé les thèmes abordés. 

Quelle ne fut pas ma surprise ce matin, face à un plateau apaisé et un cast d’intervenants plutôt bien choisis pour le sujet abordé. Bon, il y avait bien Pascal Praud et son emphase habituelle, qui, dès l’introduction de l’émission, réussissait à dire tout et son contraire mais bon sur l’ensemble de l’émission je ne l’ai pas trouvé désagréable du tout. Et c’est une belle performance parce qu’il m’exaspère régulièrement sur RTL le midi. Ne me dites pas qu’il me suffit d’écouter une autre radio, je crois justement que je l’écoute pour avoir ma petite colère quotidienne. Il est même plus efficace que Brunet pour ça.

Ce matin, l’émission débriefait la prestation du président Macron à Grand Bourgtheroulde. Pour réagir, Pascal Praud avait réuni autour de lui des journalistes : Zineb El Rhazoui, l’ancienne journaliste de « Charlie Hebdo » et Gérard Carreyrou, l’ancienne grande voix d’Europe 1. Trop ancienne la grande voix ? Sur Cnews, ça passe. Il y avait aussi des experts en communication: Patricia Balme (elle, je la connais pas du tout mais elle a une société de com’ qui s’appelle PB com) et Gaspard Gantzer, ancien conseiller en com’ du président Hollande et compagnon de promo à l’ENA d’Emmanuel Macron. L’invité parfait quoi. Et pour compléter le plateau, on trouvait les fidèles de l’émission : Gérard Leclerc, qui n’en finit plus de cumuler ses points retraite et Philippe Bilger, magistrat mais aussi président de l’Institut de la Parole. Oui, il a monté une boite qui pour 1000 euros, te donne des cours de prise de parole. A ce tarif là, tu n’as que 3 heures, hein ? Faut pas déconner.

Ça nous fait deux invités qui ont une soupe à nous vendre mais passons. Concentrons nous sur l’émission, qui est très sincèrement agréable à regarder. Elle porte très bien son nom : Pascal Praud a sur son plateau des professionnels qui apportent leur expertise pour débriefer la prestation d’Emmanuel Macron. Les journalistes politiques mettent en perspective l’exercice de communication dans le quinquennat du président, des experts en communication saluent la prouesse technique de tenir un discours de 3h30 puis d’enchaîner avec un débat tout aussi long et l’expertise de Gantzer que ce soit sur le plan de la communication présidentielle que sur sa connaissance du personnage Macron  était vraiment un plus de l’émission.

Les débats sont restés cordiaux, chaque intervenant attendant que Pascal Praud lui donne la parole pour la prendre. On était vraiment très loin de la foire d’empoignes à laquelle je m’attendais. Et pour avoir demandé à un téléspectateur bien plus assidu que moi, l’émission de ce matin n’était pas une exception. Vous demandez à voir avec André Bercoff ou Elisabeth Lévy ? Euh non, je ne préfère pas.

Toujours est-il qu’après avoir vu l’émission, je comprends mieux pourquoi L’Heure des Pros place Cnews à la quatrième place des audiences, derrière France 2, BFM TV et TF1. Avec 160 000 téléspectateurs et 4,7% d’audience en moyenne, Pascal Praud est une valeur sûre qui booste la moyenne globale de la chaîne. En radio, il rencontre d’ailleurs le même succès, avec une tranche qui progresse de 20% le midi depuis son arrivée. Une réussite qui ne peut pas être due au hasard.