Plateau Télé devant Cauchemar en Cuisine

Hier soir, c’était soirée cauchemar, soirée cuisine, bref : soirée Cauchemar en Cuisine. Direction Cavalaire, au pays de des cigaleuhs et de la bouillabaisseuh (c’est compliqué de faire l’accent du Sud en écrivant).

Comme d’habitude c’est parti pour le blabla générique de Monsieur Etchebest qu’on se tape à chaque épisode : « La restauration c’est un métier qui prend aux tripes. Mais souvent, la concurrence, la crise ou une mauvaise gestion réduisent à néant certaines ambitions et là le rêve qui vire au cauchemar blablabla » C’est bon, l’ambiance dramatico-culinaire est en place. Alors bien sûr, on a ce petit teaser de 4 minutes qui nous spoile la quasi intégralité de l’épisode, bien ouej les monteurs, j’ai limite plus envie de regarder l’épisode.

On fait donc la connaissance de Pascale, femme complètement au bout du rouleau et de son mari Patrick, canotier en paille sur la tête et chemise ouverte jusqu’au nombril, on se demande ce qu’il fout en cuisine. Allez hop direction les gondoles à Venise Patoche. Ah tiens y a Philou Etchebest qui arrive, en Range Rover dis donc, y a du budget chez M6 hein. Bon évidemment ça chiale de partout, on dirait que Pascale a vu le Messie arriver à sa table mais non calme-toi Pascalette, il va juste venir te dire que ton resto, c’est de la merde. Bon on est un peu mauvaises langues, l’accueil se passe bien, la prise de commande aussi, Philippe se demande ce qu’il fout là, et nous aussi du coup. Mais on sent qu’avec Patrick en cuisine, ça va vite devenir intéressant. Menu à 45 euros et le gars te sort des beignets de légumes fait la veille et des radis coupés en fleurs, on a vu mieux quoi.

Bon une heure plus tard, le plat n’est toujours pas prêt du coup Pascale vient taper la discut’. Elle raconte à Philippe que son mari ne dort pas et vient préparer ses plats à 3 heures du mat’. En coulisses, elle en vient même à dire qu’elle préférait qu’il ai une maîtresse. Ambiance… Après un poisson trop cuit, une île flottante granuleuse (oui c’est possible) et encore de nouvelles carottes coupées en fleurs, Philou décide de mettre fin à son supplice en allant en cuisine. Pas sûre que ça y mette vraiment fin mais bon…

5 congélateurs, 3 micro-ondes, 5 réfrigérateurs… c’est pas une cuisine, c’est un Conforama. Philippe met aussi le doigt sur la quantité de nourriture pantagruélique dans les placards : et vas y que je te sors des cochons de lait, des rougets, des gambas alors que je fais que 2 couverts par jour. Patrick, un (gros) brin naïf, « espère toujours qu’il y ai du monde ». Bon bien sûr après tout cela, Philippe dit à nos deux protagonistes qu’il est même pas sûr de trouver une solution au problème. Oui bien sûr Philou, tu nous fais le coup à chaque fois… Et comme d’habitude, Philippe sort de son chapeau 30 aventuriers venus risquer leur vie à manger la nourriture du restaurant. Au départ, c’est fait pour tester leurs aptitudes à gérer le restaurant, au final on sait tous que c’est fait pour montrer qu’ils font n’importe quoi et pour laisser Etchebest se faire son petit kiff à la Gordon Ramsay à crier un bon « ON FERME LE RESTAURANT BARREZ VOUS TOUS ». Et bim ça n’a pas loupé, deux heures plus tard, Philippe remballe tout le monde. Personnellement je serais tellement dégoûtée d’avoir attendu si longtemps le ventre vide que je serais allée directement en cuisine préparer mon plat (ou me bagarrer avec le cuisto)…

On a l’impression de revivre le même épisode encore et encore : il y a trop de plats à la carte donc le cuisinier ne peut pas tout faire donc c’est n’importe quoi. Du coup Philippe Etchebest va décider de ne faire qu’un plat unique pour simplifier la chose et tout va rentrer dans l’ordre. Oups, on a tout spoilé alors qu’il reste une heure d’émission…

Et là arrive Nicolas Jordan, notre expert en pilotage d’entreprise, clairement un métier que lui seul exerce. Son diagnostic est rapide : un chiffre d’affaires annuel de 95 000 euros, une perte de 2000 par mois et l’huissier qui squatte devant la porte depuis plusieurs mois. Bon, quand on a vu Patrick faire à manger pour 1000 alors qu’il ne faisait que 3 couverts, on se doutait qu’il y avait un problème quelque part. Philippe se démonte pas, il y croit. Mais avant ça, il veut régler un autre problème : « Patrick est mou, c’est un couple qui va mal. »

A ce moment là, Cauchemar en Cuisine part en vrille et se transforme en Confessions Intimes (Philippe Etchebest se révèle très bon en Karine Grandval), D&CO, Commis d’Office et tutti quantti. Ah tiens cette fois ci on a pas eu le droit à Nouveau Look pour une Nouvelle Vie avec un relooking de la patronne (pourtant nécessaire…). Grand seigneur, Philippe Etchebest offre une nuit dans un hôtel au couple, « c’est pour lui c’est cadeau », merci Baba t’es le meilleur.

img_8452

Arrive le moment de l’élaboration du nouveau plat phare de la carte : une brandade de cabillaud. Plat qu’on pourrait imaginer simple mais qui demande, selon Philippe Etchebest, environ 150 ingrédients : du cabillaud, du panais, des pommes de terre, du cerfeuil, de l’encre de seiche, du vinaigre balsamique, du paprika, de l’huile de pépins de raisin, de la maïzena, du poivron rouge et j’en passe. C’est plus un plat, c’est un fourre-tout de tout ce qu’ils ont trouvé dans les placards du restaurant en partant c’est pas possible autrement. Evidemment que ça a l’air bon, mais s’il faut dépenser un SMIC et utiliser tous les ustensiles de ta cuisine pour faire une brandade, on va rester sur celle surgelée de chez Picard.

Evidemment, après la remise à neuf du restaurant, tout roule comme sur des roulettes, Patrick et Pascale s’aiment comme au premier jour, communiquent (et pas que) à nouveau, ont retrouvé l’envie d’être ensemble etc. Vraiment un magicien cet Etchebest. Il précise « Plus personne n’attend les plats désormais » forcément Sherlock, il n’y a plus qu’un seul plat sur la carte, faut quand même être le dernier des imbéciles pour pas être capable de préparer un plat unique pour 30 personnes.

Fin de l’épisode, tout va bien dans le meilleur des mondes, comme d’habitude quoi…

Ah tiens ils repassent l’épisode à Canet-en-Roussillon juste après, eux aussi avaient fait un plat unique pour simplifier les choses, tellement simple qu’ils ont mis la clef sous la porte 2 mois après la diffusion de l’émission…

Bon allez je vous laisse, je vais faire une sieste sur mon congélateur comme Patrick.