Mariés au Premier Regard : c’est un oui ou un non ?

Grande hâte en ce lundi soir : Mariés au Premier Regard est de retour ! Troisième saison pour cette émission qui, on vous le rappelle, associe deux personnes et les fait se rencontrer le jour de leur mariage. Idée bougrement diabolique des producteurs quand même. À peine remise du divorce de Charlène et Florian, candidats de la saison passée, je me suis donc installée tranquillement sur mon canapé.

Toujours la même rengaine

21h10. Pas merci Quotidien, l’émission a déjà commencé, alors que je zappe de TMC à M6. Me voilà contrariée. Ah Mariés au Premier Regard, cette émission qui t’apprends que tu peux trouver un mec grâce un t-shirt qu’il a porté sans déodorant. Là voilà donc la solution. Rendez-vous est pris demain dans le métro pour aller sentir les hauts de ces messieurs. Je doute qu’ils apprécient mais si les scientifiques et psychologues de l’émission le disent, c’est qu’ils ont raison. On a quand même affaire à Pascal de Sutter, psychologue adepte des chemises orange moches, Jean-Luc Beaumont, thérapeute de couple qui a décroché approximativement zéro mot pendant les deux heures d’émission et une petite nouvelle : Estelle Dossin, psychologue clinicienne, présente pour donner des conseils absolument inutiles donc indispensables sur nos couples, « Gérard aime les livres de philosophie, Claudette aussi, ils sont donc fait pour être ensemble » OK merci Estelle, c’est clair que ça valait le coup de faire cinq ans d’études pour nous sortir ça. Exit donc Catherine Solano, la sexologue des saisons passées, qui sortait le même type d’analyses très pointues, au seul détail qu’elle était brune et Estelle est blonde. Et ouais, nous aussi on peut faire des observations très scientifiques.

img_9171

21h12. Après avoir expédié en quelques secondes l’étape des tests scientifiques et psychologiques, on attaque directement avec notre premier couple : Nolwenn et Florian, compatibles à 83 % selon les tests car ils aiment le sport, dépasser leurs limites, ils ont beaucoup d’amis et sont très festifs. En clair, ils ont pris des doubles. Petite subtilité, Florian aime les « brunes à forte poitrine » et a « 37 ans et demi », on passe donc du mec tatoué plutôt charmant à un kéké des plages de 15 ans d’âge mental. La chute est lourde. img_9170Nolwenn n’est pas en reste puisqu’elle avoue aimer les « artistes écorchés égocentriques », on a peut être finalement affaire à une alchimie naissante.

21h19. Fin des portraits de nos deux premiers protagonistes, il était temps, on commençait à croire qu’on regardait un biopic sur les deux. Mais loin de là l’idée d’avoir désormais un programme haletant, on enchaîne avec cinq minutes de « Wow 83 % », « 83 % de compatibilité c’est énorme », « J’en reviens pas qu’ils aient une personne pour moi avec 83 % de compatibilité » et j’en passe, suite au coup de téléphone de Madame Estelle la psychologue pour leur annoncer qu’ils avaient trouvé quelqu’un pour eux. Barbant.

Petit regain d’intérêt lorsque Nolwenn annonce à son meilleur ami la grande nouvelle. Dissimulant à peine son visage d’éternel amoureux transit, il défonce de phrase en phrase l’initiative de son amie : « Le mariage c’est significatif, j’y crois pas. Pour moi c’est bidon, c’est une bêtise, on parle de pourcentage, d’amour et de statistiques ». On sent qu’il était à deux doigts de gueuler « C’EST MOI L’AMOUR DE TA VIE BORDEL, JE SUIS LA WOUHOUUUU ». Force à toi soldat.

On vous passe l’extrait de cette forte complicité mère-fille quand Nolwenn appelle sa mère pour lui annoncer qu’elle va se marier, que le grand jour est enfin arrivé. Elles ne se sont pas parlé depuis un an mais Nolwenn tient à partager ce moment particulier avec sa mère, poussée par la psy de l’émission. Mais en fait, sa mère s’en bat les reins complet. Elle réagit même pas à l’annonce du mariage de sa fille et embraye direct sur le fait qu’elle n’a pas dormi de la nuit, qu’elle sait pas si elle va aller chez le médécin le lendemain. Complètement à l’ouest. On ne va pas non plus épiloguer sur Marlène et Kévin, que les psychologues ont jugé bon d’allier, puisqu’ils sont toujours dans le monde de l’enfance cafr elle porte des chaussons licorne et lui joue à Fortnite. Ça vaut bien un 82% de compatibilité. Par contre, ils n’ont pas du tout capté que Marlène correspondait exactement au portrait de la femme idéale décrite par Florian : la brune à forte poitrine.

Une séance de psy collective aux scénarios bien ficelés 

Après quelques minutes d’émission, j’ai vite perdu le fil et compris qu’il n’y avait plus cette étincelle et ce regard rieur de mon côté face à cette émission au concept initialement novateur mais qui a montré en ce début de saison bien des problèmes quant à cette volonté perpétuelle de mise en scène des choses. On assiste à une sorte de thérapie collective où tous les soucis sont révélés : placement en foyer dès le plus jeune âge, père absent, mère ultra distante, femme complexée par ses rondeurs etc. Pour le dernier cas, la prod’ a énormément misé dessus, en mettant Marlène face à ses problèmes d’une des façons les plus gênantes voire dégueulasse qui soit : une succession de gros plans sur sa robe de mariée qui ne ferme pas lors des essayages, essayages réalisés dans un show-room privatisé où la moindre des délicatesses aurait été de réaliser des mesures de la jeune femme, avant de lui faire essayer des robes à peine assez grandes pour une enfant de 12 ans… .

Autre problème assez remarquable : l’homogénéité des personnages de cette émission. Bruns, jeunes, plutôt beaux, une blonde qui s’égare ici et là de temps à autre, on ne peut pas dire que Mariés au Premier Regard soit un exemple parfait de diversité. Preuve en est ces photos de différents participants de l’émission.

On assiste donc à une succession de femmes écorchées vives et d’hommes concentrés sur le physique, dont le but initial est de trouver l’amour, mais dont la finalité ne sera que le divorce et possiblement l’attente d’une participation aux Anges de la Téléréalité.

23h15. Arrive le moment en mairie, avec le fameux « Voulez-vous prendre pour épouse Madame Untel ? » du Maire, qui fait l’exploit en 30 secondes de placer le nom de sa commune et de son département (limite il aurait préféré les mariages à l’Office de tourisme de la commune). L’émission se termine avec le tout aussi fameux running-gag de M6 : un petit teaser de ce qui nous attend la semaine prochaine. Un teaser qui nous accroche, évidemment, malgré un attrait bien amaigri par rapport aux saisons précédentes.