Ces émissions à la con qui nous manquent un peu mais pas trop, faut pas déconner.

Il fût un temps sans Internet.

Sans Twitter, sans Youtube, sans Facebook et même sans le blog de Jean Marc Morandini. Certains diront que ce dernier point est moins grave, mais ce n’est pas le sujet. Cette époque où pour s’occuper, on devait forcément allumer la télé. Bah oui, on allait quand même pas lire un livre ou sortir dehors, vous nous avez pris pour qui ? On allumait la télé donc, et croyez moi que y’avait pas 894 chaines. Y’en avait 6 et franchement, c’était déjà pas mal. Et bien dans tout ce merdier des années 80-90-00, y’a quand même des émissions qui nous ont marquées. Y’avait un paquet de merde (Bataille et Fontaine, le monsieur qui tient le blog dont je parle plus haut, Jacques Pradel et autres) mais on avait aussi quelques incontournables. Plus ou moins intelligentes, ces émissions nous ont marqué. Et à l’heure des revival un peu nazes, on aimerait bien les voir revenir sous une forme ou sous une autre.

  • Mokshû Patamû

img_9265.jpg

Présenté par : Vincent Perrot. Petit prince de la TV des années 90. Maintenant entre les courses de dragsters et les liftings, il lui est physiquement impossible de fermer les yeux. C’est pas banal.

Le concept : Le jeu reposait sur un gigantesque décor bordélique à étages, composé de 100 cases, avec des bonus pour aller plus vite (un tapis roulant, une échelle ou un ascenseur par exemple) ou au contraire le faire reculer de plusieurs cases, voire de plusieurs étages. En effet, certaines cases faisaient apparaître une gueule de serpent en carton pâte qui bolossait (du verbe bolosser) le candidat. Le but du jeu était de parvenir à la case 100 en premier afin de gagner la somme de 50 000 francs et on vous laisse faire la conversion eu euros parce qu’on est nuls en maths et qu’on en a rien à foutre, en plus.

img_9264.jpg
Non mais sérieux, regardez moi ce bordel. 

Nos souvenirs : Un gigantesque bordel incompréhensible où tout le monde se cassait la gueule dans des toboggans importés d’une fête foraine moldave à la sécurité plus qu’aléatoire. Mais c’était cool, fun et très con.

  • Qui est Qui ?

img_9253.jpg

Présenté par : Marie-Ange Nardi. Excellente animatrice de jeux avec une grosse personnalité et une vraie présence naturelle. En 2019, elle est malheureusement cantonnée à vendre des auto-cuiseurs à 5h45 du matin sur TF1 le samedi. Quelle vie.

Co-animé par Pépita, qui a autant d’actu que Pépito. Co-animé aussi par Guy Lecluyse qui a tourné après dans les Ch’tis et avec Kev Adams. Quelle vie.

Le concept :  Trois candidats s’affrontent en essayant de deviner le métier (ou le hobby, mais pas le chien) de six personnes. La liste de ces métiers est affichée dès le début, mais bon bah on sait pas qui fait quoi (ça aurait même dû être le vrai nom de l’émission en fait si vous voulez notre avis).

Au début, les quidams doivent répondre à des questions sur leurs métiers supposés (« vous êtes boulanger, donnez nous le prix d’une chouquette » et c’est sûrement le pire exemple au monde, désolé).  Ensuite et c’est là ou c’est rigolo, on a des mises en situation toutes nulles dans le domaine choisi.  Lors de la finale, le joueur restant et ben doit dire qui est qui quoi, en procédant par déduction. S’il réalisait un sans faute, il remportait 20.000 Francs ce qui n’arrivait jamais parce que y’avait toujours des pièges, fourbe de Marie-Ange.

img_9263

Nos souvenirs : Je me souvenais même pas qu’il y avait des questions au début, je me souviens juste des sketchs où on faisait danser un rugbymen en pensant que c’était une danseuse étoile. C’était bon esprit, beaucoup dans le cliché mais fondamentalement gentil. RENDEZ NOUS MARIE-ANGE.

  • L’équipe du Dimanche

Résultat de recherche d'images pour

Présenté par : Thierry Gilardi la légende, puis Hervé Matoux puis Nathalie Iannetta. Détruit ensuite par Thomas Thouroude.

Le concept : Tous les buts de tous les championnats européens. DU FOOT QUOI DU FOOT. Avec les commentaires de chroniqueurs hauts en couleurs comme Darren Tulett, Omar Da Fonseca, Jean-Charles Sabattier ou Alessandra Bianchi.

Nos souvenirs : Vraie émission de foot avec quasiment que des images et tous les buts de tous les championnats européens. Pas de questions de droits, de licence, de SFR Sports Bein, RMC mon cul sur la commode. Tout était là, offert par une équipe hyper sympathique. On en profite pour placer un hommage au légendaire Thierry Gilardi qui a autant apporté au foot français que Zinedine. Sérieusement. On ne parlera pas ici du sabordage de cette émission par Thouroude, nous n’avons pas de quoi payer un avocat.

  • Pyramide

img_9261.jpg

Présenté par : Patrice Laffont. Acteur raté mais présentateur ironique et convaincant. Avec en guest la douce Marie-Ange Nardi et le taquin Laurent Broomhead.

Le concept : 3 briques. Ascenseur. Clavicule. Poutre. C’est perdu. Miroton ou barjabule ?

img_9262.jpg

Nos souvenirs : « Mamy on peut changer de chaîne ? »  

  • Le Bigdil

img_9259.jpg

Présenté par : Vincent « BIP BIP » Lagaf, animateur de camping à veste fluo. Et arbitré par Bill, extraterrestre de la planète Fricus (et ouais, on s’est renseigné gare à ton cul Elise Lucet). De mauvaises langues affirment que Bill était en image de synthèse. C’est évidemment faux.

Le concept : Des épreuves complètement connes : empiler sur un seul morceau de sucre le plus de sucres en 1 minute (c’est con), démonter une roue d’une voiture puis la remonter le plus rapidement possible (c’est con), enfiler le plus de chaussettes possibles l’une sur l’autre en 1 minute (c’est très con) et bien d’autres. Les gagnants des défis pouvaient échanger leurs gains contre un cadeau planqué derrière un rideau (LE RIDEAU LE RIDEAU).

img_9258.jpg

Nos souvenirs : le royaume du mauvais gout avec des épreuves nulles, un présentateur beauf habillé n’importe comment, des pauvres Gaffettes hyper sexualisées avec des allusions graveleuses toutes les 10 secondes, un extraterrestre fait avec le cul, des cadeaux flingués, des interventions de Ramucho l’humoriste pas drôle, des images laides et un ton général de gros beauf fini au Ricard. Qu’est-ce que c’était bien putain.

  • Jeux sans frontières

img_9255

Présenté par : Guy Lux, Simone Garnier, Claude Savarit, Georges Beller, Daniela Lumbroso, Marie-Ange Nardi, Fabrice, Olivier Minne, Jean Riffel, Jean-Luc Reichmann, Christelle Ballestrero, Nelson Monfort et Fabienne Égal. À noter que Bill du Bigdil a été recalé au casting.

Le concept : Intervilles européen.

img_9267.jpg

Nos souvenirs : C’était exactement comme Intervilles mais sans la vachette et avec vachement (haha) plus de budget. On était à fond pour la France à chaque fois et à chaque fois, la France était nulle mais genre nulle à chier. Un sale souvenir en gros.

  • Hugo Délire

img_9272

Présenté par : Karen Cheryl. Qui a été choriste de Liane Foly. C’est sûrement la plus grosse ligne de son CV.

Le concept : « Ready Player One » mais en bien (OK, c’est pas très difficile). Des enfants de 8 ans qui appellent un numéro surtaxé pour faire se déplacer grâce aux touches du téléphone, Hugo (qui délire) dans un jeu vidéo nul avec plein d’embûches. 569 francs la minute d’appel pour gagner un Pitch et une dédicace de Karen Cheryl. Quelle vie.

img_9257.gif

Nos souvenirs : Une arnaque. Les pauvres gamins n’avaient aucune chance. On entendait le son du bip de l’enfant qui appuyait désespéré sur la touche 5 de son téléphone, puis environ trois minutes après, le personnage qui se déplaçait. Après avoir pris 4 troncs d’arbres et trois rochers sur la gueule. Injouable pour son époque. Trop en en avance sur son temps. Tout Karen Cheryl quoi.

C’est la fin de ces souvenirs, émus et douloureux. À bientôt pour un deuxième épisode ? Et en attendant, n’oubliez jamais :

img_9270

 

Freezze.