Plateau Télé devant Le Sens de L’Effort

le

GARDE A VOUS. REPOS. Hier c’était ambiance treillis et parcours dans la boue sur M6 avec le lancement de leur nouvelle télé-réalité spin-off de feu Garde à Vous diffusée sur la même chaîne en 2016 mais avec des jeunes à la dérive, au chômage, plus à l’école depuis 10 ans alors qu’ils ont 23 ans, bref, une belle bande de winners.

« Sortir du décrochage grâce aux valeurs militaires » c’est le principe de cette émission portée par Marius, un ancien militaire de la Marine Nationale aujourd’hui agent de sécurité du Port de Marseille, qui avait déjà fait ses preuves dans l’émission citée ci-dessus grâce à son franc-parler. En clair, on est pas là pour déconner. On est sur M6, alors bien évidemment, la spécialité de la maison, c’est le pré-générique de 10 minutes, où les trois quarts de l’émission sont dévoilés. Allez hop 21h12 on est couché, parfait.

Rendez-vous donc est pris en Bretagne, près de la baie de Quiberon, paumés donc, et même pas une galette-saucisse ou un bout de kouign amann à se mettre sous la dent pour se remettre du voyage. Un gars sorti de nulle part débarque avec son petit camion militaire et embarque notre bande de jeunes à l’arrière du fourgon, tout cela dans la bonne humeur et la cordialité : « Allez on se dépêche, allez bouge. » Calme toi Francis, t’as juste des fêtards et des joueurs de Fortnite devant toi, on part pas en Irak non plus.

On arrive donc dans ce campement militaire magnifique, où on sent que l’Armée de Terre a fait ses armes, que le sang et les larmes ont coulé, que la terre a souffert face aux bottes de ces soldats,… hein quoi ? C’est un camp de vacances prévu pour les colonies de vacances ? Mais nooon. Ah si. Deux trois recherches sur Internet pour se rendre compte que le camp militaire n’est autre que « L’auberge des dunes » de Quiberon, où vous pourrez vous détendre face à la mer pour vos prochaines vacances grâce à plusieurs petits pavillons et autres gîtes. En clair, on est loin de l’esprit armée que veut montrer l’émission. M6 est juste venu rajouter trois fils barbelés ça et là, une tente et un drapeau tricolore, l’illusion est pas mal mais nous ne sommes pas dupes au Plateau Télé.

img_9406

C’est alors qu’arrive Marius, notre idole. « Bonjour tout le monde. Mon prénom c’est Patron. Tout le monde m’appelle Patron. Efface ton sourire. C’est pas en glandant toute la journée en ayant aucun objectif qu’on peut avancer dans la vie. » Euh oui bonjour monsieur enchanté. Barbe de trois jours, gel dans les cheveux, un look de kéké qui fait plus vieux loup de mer marseillais qu’instructeur militaire. Allez, repars pêcher du maquereau Alain.

Première épreuve pour nos jeunes : se jeter dans l’Atlantique, comme ça, sans raison, pour « se laver de leur passé » comme a expliqué Marius. Hmm.

img_9401

Et là, on a notre premier winner de la soirée, Rudy, qui s’est dit que c’était une excellente idée de mettre ses nouvelles sneakers pour venir faire un stage de redressement militaire. Pas de bol pour lui, il a dû se jeter avec, dans l’eau salée de l’océan. Coup dur. Tout le monde rentre au centre aéré pour un petit entretien avec Marius, toujours dans la convivialité évidemment : « On me dit pas ‘ouais’ à moi car d’une seule main je peux t’arracher la tête ». Bonne ambiance. Les jeunes ont également une petite surprise à leur arrivée au dortoir, leurs nouveaux vêtements : un super treillis acheté au rayon déguisement de chez Festi, un bonnet kaki de chez H&M et des bottes Palladium. On sent qu’il y avait plus tellement de budget après la location du centre de vacances. 

L’objectif de l’émission est également de réintégrer socialement ces jeunes en déperdition, en clair de leur trouver un travail. C’est là que Claire Lacour fait son apparition, une « conseillère d’orientation » tout droit sortie d’un organisme de formation (Skill and You). Si elle est aussi utile que celles dans le lycée qui te disent « T’aimes pas trop les maths ? Oh bah je te déconseille de prendre la filière S » alors ils sont pas sortis de l’auberge, ces jeunes. Un rendez-vous chez Pôle Emploi aurait suffi, pas besoin de faire tout ce cirque.

Deuxième épreuve : le parcours du combattant. La production a installé quelques bouts de bois sur la plage (tremble Koh Lanta) mais on sent que c’est pas des plus solides. Marius force les jeunes à faire le parcours par eux-mêmes, mais dès que l’un d’entre eux grimpe sur un obstacle, un instructeur rapplique derrière de peur que tout s’écroule. Une fois que tous les candidats sont passés, c’est au tour de Cindy, l’empotée du groupe, de s’attaquer au parcours. Et là, elle te sort l’excuse la plus pétée du monde pour ne pas le faire « Ils ont déjà tout abîmé le sol, ça va être plein de boue ». Qu’est ce que t’as pas compris dans « parcours du combattant » en fait ?

Après trois jours de stage, c’est l’heure d’un premier bilan : qui veut rester, qui veut partir ? Tout le monde décide de poursuivre l’aventure et dépasser davantage leurs limites sauf deux : Cindy, qui trouve cela trop dur et en a déjà trop fait. On est à peine étonné. Valise à la main, elle décide de repartir du camp, sous les félicitations de sa mère : « Je ne peux plus rien faire pour toi. » Selon elle, tout ce que sa fille entreprend depuis qu’elle est petite, c’est un fiasco. On a aussi Claudia qui décide de faire ses bagages et de rentrer chez elle, trouvant également le stage trop dur et les ordres des instructeurs complètement injustifiés. Mais elle aura bien réussi son casting d’entrée pour Les Anges de la Télé-réalité 12 : coups de gueule face à Marius, larmes et clashs avec les autres participants, elle a coché toutes les cases en quelques minutes. Joli coup.

img_9402

On retrouve nos deux winneuses du jour dans la deuxième partie de l’émission « Que sont devenus les décrocheurs ? », réponse vite élucidée pour Cindy qui a décidé de ne pas répondre aux questions des journalistes. En revanche pour Claudia, la vie est belle et les oiseaux chantent : elle a trouvé un travail de serveuse et remercie l’émission de lui avoir appris de belles valeurs pour sa vie future. Au bout de 3 jours de stage. Où elle n’a fait que se rebeller. Mouais.

Au final, Le Sens de l’Effort se révèle être un bon vivier de nouveaux candidats de télé-réalités à venir (comme nous vous en avions parlé dans notre article sur les Anges de la Télé-réalité) avec ces jeunes en plein naufrage scolaire et professionnel. L’émission est en fait un mauvais mélange entre Garde à Vous et Retour au Pensionnat (Faites revenir cette émission par pitié), tout aussi caricatural, sans réel intérêt et manquant cruellement de vrais moyens pour rendre le programme qualitatif. 1 871 000 personnes (8.1% de PdA) étaient devant le programme hier soir, un score décevant qui risque de s’effriter à mesure que les semaines passeront. Un effondrement à la The Bridge est-il à prévoir ?

>>> À lire aussi : Plateau Télé devant Cauchemar en Cuisine