TOP 5 des jeux télé jamais diffusés

Chaque année, bon nombre de pilotes de jeux sont tournés mais ne parviennent pas à convaincre les patrons de chaînes de les mettre à l’antenne. Aujourd’hui, nous vous proposons de mettre à l’honneur ces jeux, oubliés dans les tiroirs, qui ne seront probablement jamais diffusés en France. Petits anges partis trop tôt.

5 – « Les Buzzers »

Le pitch : Un duo de candidats doit répondre à 7 questions à choix multiples. Devant eux, se dressent des buzzers : certains cachent des sommes d’argent, d’autres peuvent aider à avancer dans le jeu. Si les candidats répondent correctement aux 7 questions, ils devront choisir un dernier buzzer et remporter la somme correspondante. Selon la qualité de leur parcours dans le jeu, ils ont plus ou moins de chance de remporter les 100 000 euros.

Les pilotes tournés : Cette création française a connu plusieurs pilotes en France. En 2013, Estelle Denis et Gérard Vives ont chacun été testés à l’animation du jeu qui s’appelait alors « Les 51 buzzers ». Un an plus tard, c’est Jean-Pierre Foucault qui s’y essaye en tant qu’animateur. Les règles avaient légèrement évolués, le titre aussi, devenu  alors « Le dernier buzzer ». Jamais diffusé en France, le jeu « Quizz ou buzz » sera quand même vendu en Turquie et à Dubaï, sans jamais rencontrer le succès.

L’avis de notre expert : « Un joker qui donne la bonne réponse, des buzzers qui éliminent une des deux réponses en balance dans l’esprit des candidats, la mécanique casse le suspense et offre trop facilement une place en finale aux candidats ».

img_9815
Ambiance bleutée et public dans la pénombre, l’éphémère plateau des Buzzers faisait beaucoup penser à Money Drop

4 – « Les 20 petits cochons »

Le pitch : Le jeu est un mix entre Que le meilleur gagne et À prendre ou à laisser. Chaque jour, 20 tirelires en forme de cochon sont en jeu. 16 tirelires cachent un cadeau de différentes valeurs, selon le modèle des boîtes d’Arthur, et 4 tirelires contiennent une pièce de couleur noire éliminatoire.

Il y a plusieurs manches mais avec une mécanique proche à chaque fois : il faut être le plus rapide à répondre pour pouvoir éliminer un des candidats et récupérer ses tirelires. En finale, le candidat découvre ce qui se cache dans ses petits cochons, mais doit savoir s’arrêter avec de tomber sur une pièce noire et tout perdre. Comme dans À prendre ou à laisser, la production propose une somme en échange des tirelires, avant de découvrir ce qu’il y a dedans.

Les pilotes tournés : En 2009, trois pilotes ont été tournés. Cauet était l’animateur le mieux placé pour l’animer mais Jean-Michel Zecca et Benjamin Castaldi ont aussi été testés. Ce format espagnol n’a eu, à notre connaissance, connu qu’une seule diffusion, en Indonésie.

L’avis de notre expert : « Quitte à s’inspirer de formats existants, il aurait été plus judicieux de prendre les éléments qui fonctionnaient et pas l’inverse. »

img_9813

3 – « Après l’heure c’est plus l’heure »

Le pitch : Pour se qualifier, les candidats comptent mentalement jusqu’à 10 et brisent le laser devant eux quand ils pensent que 10 secondes se sont écoulées. Le candidat le plus proche des 10 secondes est qualifié pour des épreuves proches de celles qu’on trouvait dans le Bigdil, avec à chaque fois un temps à respecter (oui, pour être dans le thème du jeu). En finale, c’est le jeu de la minute. Si le candidat arrête le temps pile aux 60 secondes, il gagnait 100 000 euros. Une seconde de décalage, il gagne 10 000 euros, sinon il repart avec 1000 euros et les gains remportés pendant l’émission.

Les pilotes tournés : Ce format argentin a été testé sous forme de pilotes avec le duo Cauet – Benjamin Castaldi. TF1 y croyait énormément et avait monté, sur un plateau de 1100 m², un décor magnifique se référant à une gare. En Amérique du Sud, le jeu a connu 3 saisons en Argentine et a également eu des déclinaisons en Bolivie et au Mexique. En Europe, c’est l’Espagne qui s’est prise au jeu en 2010 mais son échec d’audience a probablement condamné la version française.

L’avis de notre expert : « Un décor génial mais une mécanique qui ne prend pas. Même les animateurs se sont ennuyés à l’animer. »

img_9812

 

2 – « Pas une seconde à perdre »

Le pitch : Dans un décor avec un sablier géant, un duo de candidats doit répondre à des questions de culture générale. Le sablier contient 25 000 grains, représentant les 25 000 euros alloués aux candidats. Dans la première manche, le sablier se retourne si le duo de candidats ne répond pas dans le temps imparti. En finale, une question à liste est donnée à un des deux membres du binôme et le sablier se retourne tant que 5 réponses n’ont pas été données. Le duo repart avec la somme correspondant au nombre de grains restants dans le sablier.

Les pilotes tournés : En 2013, TF1 cherche de nouveaux jeux pour alterner avec La Roue de la Fortune le matin et fait tourner un pilote de ce jeu à Estelle Denis, avec Gérard Vives à la co-animation (décidément ces deux-là…). C’est une adaptation d’un jeu britannique diffusé sur Channel 4.

L’avis de notre expert : « Sur le papier, le jeu a l’air assez sympa mais il devait sûrement coûter trop cher pour une programmation en matinée. »

1 – « Au suivant »

Le pitch : Encore un jeu de culture générale. Les candidats sont en file indienne et doivent répondre correctement à plusieurs questions sur des thèmes prédéfinis. Quand un candidat réussit à répondre correctement à 3 questions sur les 4 qui lui sont posées, il pioche au hasard un tube contenant de l’argent ou une pénalité. Il peut alors décider de continuer pour espérer gagner plus d’argent, mais prend le risque de tout perdre. Le candidat qui a le plus d’argent est qualifié pour la finale, où il faut répondre correctement à 21 questions pour espérer décrocher le jackpot de 250 000 euros.

Les pilotes : Testé en 2013 sur France 2 avec Julien Courbet, puis en 2014 avec Christophe Dechavanne pour TF1, Endemol avait bon espoir de réussir à mettre à l’antenne ce jeu. En 2016, TF1 tourne de nouveaux pilotes avec Christophe Dechavanne et Christophe Beaugrand mais finalement, cela ne s’est jamais fait. Le jeu d’origine italienne est à l’antenne sur Canale 5 depuis 2011 et s’est exporté dans 11 pays, dans lesquels il n’a pas réussi à s’installer durablement.

L’avis de notre expert : « Le jeu ne permet de s’attacher à aucun candidat, l’animateur devient le seul point de référence. Un pari impossible pour une quotidienne. »

img_9814

Chers pilotes, vous êtes les maillons faibles, au revoir.