Cyril Hanouna dans le ‘Midi Libre’ : l’interview sous-titrée

Cyril Hanouna a accordé une longue interview au quotidien occitan ‘Midi Libre’, l’occasion pour l’animateur de C8 de faire le point sur ces dernières semaines d’émission et son futur sur le groupe Canal. Dans cet entretien, il n’est pas seulement question de télé, de darka et de CSA mais aussi de politique, gilets jaunes et engagement solidaire. Curieux que nous sommes chez Le Plateau Télé, nous avons décidé de passer au peigne fin cette interview grâce à notre traducteur Ipokrizi 2000, à la pointe de la technologie.

Journaliste : On parle toujours télévision dans vos émissions, mais désormais aussi fichés S, IVG… Êtes-vous en quête de sens ?

Cyril Hanouna : Pas du tout. Dans la vie, il y a des moments où on rigole, d’autres où on a envie d’aider les gens, ou de parler de sujets plus importants. […] TPMP va d’ailleurs, je peux vous le dire, prendre un virage à fond dans le divertissement pour ses dix ans, mais je veux bien différencier maintenant cette émission de Balance ton Post.

Traduction : Oui je suis en quête de sang euh de sens pardon. J’aime le clash, j’aime le buzz, et je me suis dit que mes petits fanzouzes allaient aimer que je parle de tout, de ce qui les concernent, alors j’ai parlé gilets jaunes un jour, deux jours, trois jours, et là ils ont commencé à me dire « Non c’est chiant Cyril arrête ». Ils savent vraiment pas ce qu’ils veulent les gars… Alors du coup j’ai réutilisé ma petite excuse du virage à 180 pour la saison d’après avec que de la darka, de la darka, de la darka, et ils ont l’air d’y avoir cru, pour l’instant…

Journaliste : Le pouvoir n’a t-il pas vu dans vos émissions l’occasion de renouer le dialogue avec les jeunes, les classes défavorisées ?

Cyril Hanouna : J’ai toujours été du côté des Français.

Traduction : J’ai toujours été du côté des Français. J’ai un jour dû faire mes courses chez Carrefour Express, et j’ai compris la détresse des Français. Pareil quand j’ai dû prendre un menu Mc First chez Mcdo au lieu d’un menu Maxi Best Of avec supplément potatoes. Après quand j’ai vu Pujadas taper le million sur LCI, je me suis tout de suite senti proche des gilets jaunes. Puis d’autres sont venus frapper à ma porte : les nécessiteux, les ambulanciers,… Ils sont mignons mais je pourrais pas aider tout le monde. Je vais voir ce que je peux faire pour ceux qui font de l’audience.

Journaliste : Cette évolution vous permet aussi d’élargir votre audience, toucher des gens plus âgés…

Cyril Hanouna : Oui il y a pleins de gens qui ne regardaient pas TPMP et qui sont devenus accros à BTP qui sera d’ailleurs davantage présente. […] Je peux vous dire que l’an prochain Balance Ton Post sera en hebdo, avec plusieurs primes.

Traduction : C’est fou ce que je peux dire comme conneries, Balance Ton Post en hebdo c’est déjà le cas. Mais bon personne s’en rendra compte, les fanzouzes vont être comme des fous, ils vont croire que je vais être plus présent à l’antenne alors que j’ai déjà posé mes jours de congé pour Roland Garros, hehe.

Journaliste : Tous les politiques seront-ils les bienvenus, jusqu’à Marine Le Pen ?

Cyril Hanouna : Oui le Rassemblement National fait partie de l’échiquier politique, beaucoup de gens votent pour lui et ceux qui crachent sur ces électeurs n’ont rien compris.

Traduction : J’invite Nicolas Dupont-Aignan toutes les deux semaines, on est plus à ça près…

Journaliste : Où en est votre projet de Banque du Cœur ?

Cyril Hanouna : Cela avance très très bien, tout sera en place avant le mois de juin. La Banque du Cœur c’est un nom de code, on changera de nom, on l’appellera peut-être Coup de Pouce.

Traduction : On est dans une merde Manuel… Les Restos du Cœur nous ont mis un gros stop de tarba pour le nom, du coup c’est JP de la rédac’ qui a dû trouver un nom vite fait à se mettre sous le coude mais c’est pas très grave. On va faire un gros prime C’est pour nous c’est cadeau dans pas longtemps, on va tous les envoyer à Astérix, ça calmera tout le monde et ils auront oublié le projet.

Journaliste : Vous défendez l’inclusion par le rire. Mais peut-on rire de tout aujourd’hui ?

Cyril Hanouna : Non, on ne peut plus rire de tout. Il y a beaucoup de donneurs de leçons derrière leurs écrans qui font qu’aujourd’hui on est en train d’aseptiser toutes les émissions et les prises de parole.

Traduction : Non mais on peut même plus faire une blague sur le viol et une caméra cachée où on fait croire à quelqu’un qu’il est complice d’un meurtre, c’est quand même un monde !

Journaliste : Vous ne vivez pas avec la peur de faire la blague de trop ?

Cyril Hanouna : Non, on vivrait tétanisé.

Traducteur : Ça ferait longtemps que ma carrière serait finie.

Journaliste : Vous aviez signé un contrat record de 250 millions d’euros sur cinq ans. Sera-t-il reconduit ?

Cyril Hanouna : Il me reste un an de contrat et après on va rediscuter. S’ils me disent Cyril on n’a plus besoin de toi, il n’y aura pas de problème.

Traduction : Hahahhahahahahahahahaha qu’il est con.

 

Crédits photo : Renaud Bouchez / Society