La tradition des marronniers à la télé

le

Pour ceux qui ne sont pas familiers des termes journalistiques, un marronnier est un sujet récurrent d’une importance plus que discutable, présent dans les journaux télévisés ou les magazines quand il ne se passe pas grand-chose dans l’actualité chaude, la politique ou le sport. Ces marronniers reviennent généralement en été ou en hiver, là où l’information est la plus… inspirante. Petite compilation de ces marronniers les plus connus.

> L’été, premier vivier d’informations essentielles

« L’été, il fait chaud » : Un classique. Dès qu’un petit rayon de soleil apparaît (comme en ce moment dans une grande partie de la France), allez hop on dégaine les micros et caméras et direction les terrasses des cafés parisiens ou les jardins des grandes villes pour des micro-trottoirs des plus originaux « Alors ça fait du bien ce soleil ? » « Non, non, c’est chiant, mais je viens quand même ici. ».

L’été rime aussi avec congé et c’est alors qu’un autre marronnier pointe le bout de son nez (beaucoup trop de rimes dans cette phrase) : le fameux chassé-croisé entre « juillettistes » et « aoûtiens ». Deux termes qui sont, on ne va pas se le cacher, utilisés à 99.9 % par des journalistes, le 0.1 % restant étant ceux qui les disent pour se moquer des journalistes. Un marronnier qui fonctionne également pendant l’intégralité des week-end de vacances, dans la mesure où chaque fin de semaine, des gens partent et reviennent de vacances. Logique.

On ne peut également pas oublier le marronnier du péage de Saint Arnoult dans les Yvelines, véritable lieu de pèlerinage de journalistes en perte d’inspiration, qui restent en général 3/4 heures sur le bord de la route à dire lors d’intéressants duplexs « Oh bah il y a du monde », « Oh bah il y a un peu moins de monde. » OK Gérard on a compris merci.

> L’hiver, son petit frère tout aussi envahissant

« L’hiver, il fait froid. ». On prend les mêmes et on recommence. La raclette, la neige ça glisse, -1° ça commence à faire frisquet, pour pas avoir froid il faut mettre un bonnet et des gants (conseil en général donné par Jacqueline, sur le marché de Cherbourg, qui propose également de manger des soupes)… Ces marronniers sont généralement les reflets de leurs homologues estivaux. C’est donc sans surprise qu’on retrouve à un moment dans l’année le fameux sujet sur les embouteillages lors des premières arrivées aux stations de ski avec en bonus le tout aussi fameux « comment mettre ses chaînes sur la voiture pour monter en haut des pistes ? ».

> Les fêtes de fin d’année, un moment plus si particulier

Si Noël fait toujours rêver les petits et les grands, elle fait surtout rêver les journalistes car alors là… c’est la fête du marronnier clairement. Du 23 décembre au 2 janvier, une véritable forêt s’abat sur les JT avec un recyclage désormais plus que visible des sujets faits l’année dernière, et l’année d’avant et l’année d’encore avant et même depuis 10 ans. On a même été obligé de faire un TOP 4 :

→ « Ces personnes qui font leurs courses au dernier moment, le 24 décembre vers 18 heures » : des personnes élevées au statut de héros, d’aventuriers du quotidien, capables de trouver le cadeau pour leur frère, leur tante et leur cousine 2 heures avant le dîner. En général les mêmes qui t’offrent des cartes cadeaux ou des bouquins du rayon « Humour » de la Fnac.

→ « Comment revendre ses cadeaux ? » : sujet fait en général dès le premier JT au lendemain de Noël, montrant Géraldine sur eBay en train de revendre un service à fondue dès 8 heures du mat’ ou Jérôme et le dernier Goncourt offert par sa tante qu’il a déjà lu. Marronnier similaire : les parents qui vont à Jouetclub comprendre pourquoi la fée volante de leur fille ne vole pas (Spoiler : il fallait mettre des piles)

→ « Comment digérer les fêtes ? » : sujet qui commence la plupart du temps par « Foie gras, champagne, bûche, saumon… les fêtes n’ont pas été de tout repos pour votre estomac » et qui finit la plupart du temps par des conseils bidons disant qu’il faut boire des tisanes et manger des légumes alors qu’on sait tous qu’il faut regarder un bon bêtisier sur TF1 en mangeant du saucisson.

→ « L’ouverture du secrétariat du Père Noel à Libourne » : reportage préféré de Jean-Pierre Pernaut et sûrement détesté des professeurs de français au vu des fautes d’orthographe dans les lettres des gosses.

Oh la liste des marronniers est bien longue et nous pourrions longuement épiloguer sur la dizaine de personnes qui rampent sous les grilles du supermarché le premier jour des soldes pour se taper dessus pour une télévision, sur les commerçants qui disent qu’Internet a fait baisser leurs ventes pour les soldes d’été ou encore sur la rentrée des classes en avance dans les villages de l’Est de la France, tout comme ce sujet de Zone Interdite sur M6 sur les coulisses de Disney avec Ophélie Meunier qui se balade chaque année voire deux fois par an dans le hangar avec tous les costumes. On pense que M6 lui a donné un pass illimité à l’année.

Oui c’est vrai, les articles sur les marronniers reviennent de façon récurrente quand il n’y a plus grand chose à dire, mais au moins, on est dans le thème.