Hugo Clément à la reconquête de France Télévisions

[Article hautement parodique]

C’est fait ! Après quelques années dans le privé, avec Le Petit Journal et Quotidien, puis un bref séjour sur le numérique avec ‘Konbini News’, Hugo Clément retourne sur le service public, plus précisément sur France 2. Toujours au courant des derniers scoops médias, ‘Le Plateau Télé’ avait réussi à s’incruster lors de la première rencontre entre le journaliste, Delphine Ernotte et Takis Candilis. Rencontre décisive pour Hugo Clément, qui venait faire part de ses projets pour la chaîne publique.

9h30 – La réunion commence entre nos trois protagonistes. Papiers à la main, Hugo Clément se lance dans son exposé, nous regrettons l’absence de PowerPoint.

Hugo Clément : Merci de me recevoir. Vraiment, ça me fait plaisir de retrouver cette belle maison qu’est France Télé. J’ai beaucoup d’idées pour vos chaînes et puis…

Takis Candilis : Attendez attendez… Comment ça « retrouver » ?

Hugo Clément : Bah j’ai déjà été journaliste ici, à France 2, pour le journal…

Takis Candilis : Ah. Jamais entendu parler de vous.

Delphine Ernotte : Mais si, il a fait son stage de troisième dans la rédaction du 20h.

Hugo Clément : Euh non pas vraiment… J’étais sur le terrain, c’est moi qui ai couvert la prise d’otage après Charlie Hebdo et même l’incendie à la Maison de la Radio… entre autres.

Takis Candilis : Aucun souvenir. *Jette un coup d’oeil sur son iPhone* Ah oui effectivement, c’est marqué sur votre fiche Wikipédia. Ah tiens, vous avez travaillé sur Quotidien… Il est sympa Yann Barthès ?

Hugo Clément : Mouais. Il m’a quand même viré pour une histoire de chemise… Sale histoire…

Delphine Ernotte : Oui bon, on va pas passer la matinée à refaire votre CV, on sait… enfin JE sais qui vous êtes.

Takis Candilis : Mais du coup, vous faites quoi depuis Quotidien ? Ça fait deux ans que vous ne foutez plus rien, ça doit faire long quand même.

Delphine Ernotte : Takis, tu me fais honte là. T’es complètement déconnecté ou quoi ? Hugo Clément est devenu influencer sur Instagram. Et ça marche bien pour lui, il a des milliers d’abonnés.

Hugo Clément : 411 000 exactement, soit 12 000 de plus que Yann Barthès. Mais par contre, vous vous trompez, je ne suis pas vraiment influencer, je suis journaliste pour Konbini.

Delphine Ernotte (exaspérée) : Mouais c’est un peu pareil. Et pourquoi vous voulez revenir chez nous ?

Hugo Clément : Oh vous savez le numérique c’est franchement sympathique mais mon premier amour reste la télévision, transmettre mon savoir au public, quel que soit son âge. La transmission, mon maître-mot.

Takis Candilis : Ah ça y est, il s’est rendu compte que la télé payait mieux que le web… Je vois une interview de vous où vous dites que vous vouliez parler à la jeune génération. Vous êtes au courant que vous n’êtes pas chez Gulli, ici ?

Hugo Clément (rire gêné) : Ahah oui. Enfin, j’étais jeune quand j’ai dit ça, je voulais vraiment…

Takis Candilis (le coupe) : C’était il y a à peine deux ans.

Hugo Clément : Non mais je m’étais mal exprimé. Je pense qu’il est temps pour moi de prendre un nouveau tournant dans ma brillante carrière. J’ai fait le tour des reportages putaclic. Je n’ai plus vraiment d’idées à vrai dire. J’ai pensé à faire une interview d’un pédophile pour savoir ce qu’il aimait tant chez les enfants, mais Hanouna l’a déjà fait.

Takis Candilis : Belle référence….

Hugo Clément : Je veux vraiment être utile, faire avancer certaines causes. Je pense que c’est le moment pour le service public de s’offrir Hugo Clément… euh d’offrir mes services au service public.

Delphine Ernotte : Hmm… Je vois, je vois.

Takis Candilis relève enfin la tête de son téléphone. Il sent une présence dans la pièce. Son regard se dirige vers la porte du bureau où il aperçoit une tête dépasser. Il s’agit d’Alexandra Rosenfeld.

Takis Candilis : M’enfin qu’est-ce que vous faîtes ici vous ?

Hugo Clément : Haha pas de problème, c’est Alexandra ma compagne. Elle fait une petite story pour Insta.

Takis Candilis : Ah sympa, vous penserez à me mentionner, j’ai du mal à décoller sur Instagram. Elle est charmante votre compagne…

Delphine Ernotte : Normal, c’est une ancienne miss France.

Takis Candilis : Elle serait parfaite pour l’épreuve des rouleaux dans Fort Boyard celle ci… Vous pourriez me passer son numéro ?

Delphine Ernotte : Enfin Takis ! L’épreuve des rouleaux n’existe plus je te signale, on l’a enlevé l’année dernière… Bon mademoiselle je vais vous demander d’attendre dans le couloir s’il vous plaît.

[La porte se referme.]

Hugo Clément : Mon projet donc. J’avais pour idée de faire une émission sur la nature, la faune, la flore, l’environnement… Ce sont des thèmes qui me tiennent beaucoup à cœur…

Delphine Ernotte : Vous voulez reprendre Thalassa ?

Hugo Clément : Non pas vraiment, je serais sur le terrain, ce seront des reportages inédits, sur le climat, les problèmes environnementaux qui nous touchent… J’ai pas envie d’aller sur une péniche avec Georges Pernoud.

Delphine Ernotte : Non mais très sincèrement, ce que vous nous proposez, c’est ce que faisait Fanny Agostini l’an dernier.

Takis Candilis (bougon) : Et si c’est pour nous faire chier quand on fait tourner trois hélicoptères pour une chasse au trésor, non merci. Ras le bol des écolos !

Hugo Clément : Non mais moi, je vous propose surtout un format. Hugo Clément, sa force de frappe auprès des jeunes, qui va sur le terrain rendre compte de l’urgence environnementale. Hugo Clément à la mer, Hugo Clément à la montagne…

Takis Candilis : Ah oui donc on part plus sur un remake de Martine…

Delphine Ernotte : Non mais pourquoi pas. Avec une nouvelle marque, ça peut prendre. Surtout auprès des jeunes. Vous avez une idée de nom pour cette émission ?

Hugo Clément : J’avais pensé à « Hugo Clément sur le front », ou « Hugo Clément part en vadrouille », ou « Le monde de Hugo Clément »

Delphine Ernotte : On n’a pas déjà une émission qui s’appelle comme ça ?

Takis Candilis : Si. C’est Le monde de Jamy, avec Jamy de C’est pas sorcier qui va sur le terrain nous faire découvrir la planète….

Delphine Ernotte : Ah oui c’est très ressemblant…

Hugo Clément : Non mais on n’a pas du tout le même public avec Jamy.

Delphine Ernotte : De toute façon, pour tout ce qui est documentaire, on a du budget.

Takis Candilis : Bizarrement, on en a pour tout ce qui ne fait pas d’audience….

Delphine Ernotte : Allez banco. On te signe pour 4 numéros, mon petit Hugo. Je dois vous laisser, je dois dégager…. euh j’ai un rendez-vous urgent avec Thierry Beccaro.

Takis Candilis : Je m’occupe de raccompagner Hugo. On se fait un petit selfie pour Insta ? Je sens qu’on va bien s’entendre.