Dans les coulisses de la rentrée de RMC

Désormais incontournable dans le milieu du journalisme médias, ‘Le Plateau Télé’ a été invité à la conférence de presse de rentrée de la radio RMC. Alors oui, dit comme ça, ça fait tâche Le Plateau Télé qui parle radio, mais on est pour le mélange des genres, et puis quand j’ai vu « 9h00 : petit déjeuner offert », j’ai plus trop hésité. Me voilà donc ce matin au « Altice Campus », digne de la Silicon Valley. Autant vous dire vu comment on pèse dans le game, tout le gratin du journalisme français est venu me parler (c’est faux).

Pour les deux du fond qui n’auraient pas suivi, RMC fait partie du groupe NextRadioTV et est donc la cousine de BFM TV ainsi que de ses homonymes RMC Story et RMC Découverte, avec qui elle partage plusieurs émissions.
Mais retour à l’Altice Campus où nous est servi le petit déjeuner promis en attendant le début de la conférence. Le jus d’orange valait le détour.

C’est à Alain Weill, PDG d’Altice France, que le micro est donné en premier. Exit les notes sur papier et les fiches Bristol, c’est tout à l’iPhone rouge qu’Alain fait son petit speech de bienvenue et le bilan de la radio. Trois mots à retenir : 25/49, cible clairement privilégiée, aux lèvres de tous les patrons qui se succèdent sur l’estrade ; synergie, mot employé environ 150 fois par Alain Weill pour expliquer à quel point la convergence entre télévision et radio est l’essence même de RMC ; et enfin Jean-Jacques. Jean-Jacques par-ci, Jean-Jacques par là, tout le monde n’a que ce prénom à la bouche et vous voyez sûrement de qui je veux parler : Jean-Jacques Bourdin évidemment. LA star de la station, le Messie, l’idole. Nous présentant son équipe d’une part (tiens, un Nicolas Poincaré sauvage apparaît, mèche au vent), l’animateur de la matinale tient surtout à parler des auditeurs : « Les auditeurs nous sauveront toujours. » et vla que le JJ (on va s’arrêter aux initiales désormais, ça sera plus simple) nous parle de Sylvie, auditrice de la Drôme qui l’a appelé ce matin et qu’il a adoré. Quelques minutes plus tard, c’est Eric Brunet, autre animateur phare de la station, qui nous fait son petit speech sur les auditeurs et qui nous parle de… Sylvie, avec qui il est resté 20 minutes à l’antenne. Alors soit ils n’ont qu’une seule auditrice sur RMC, soit s’appeler Sylvie est un critère de recrutement au standard de la radio.

Entre temps, le trublion Julien Cazarre a fait son apparition, réveillant toute l’assemblée avec son parlé assez puissant et entraînant (ça changeait d’Alain Weill qui parlait à 2 mètres du micro et d’une manière plus calme) : « RMC est la première radio sur les camionneurs, les chauffeurs de taxi, les VTC, les malentendants et même et les sourds. C’est normal en même temps car c’est la seule radio qu’ils entendent vu que tout le monde crie ». S’enchaîneront de multiples tacles et boutades de la nouvelle recrue de la station qui auront eu leur petit effet dans l’assemblée.

Autre recrue : Philippe Lellouche. Celui qui anime Top Gear sur RMC Découverte (synergie télévision/radio on vous a dit) sera désormais à la tête du 14-16h en compagnie de plusieurs chroniqueurs dont Julie, ancienne acolyte de Cauet, qu’on était pas sûr d’avoir reconnu au petit dej’ vu qu’on se demandait ce qu’elle faisait ici. L’acteur étant toujours en vacances, il a enregistré une petite vidéo depuis Dinard où il explique que son émission sera du divertissement basé sur l’actualité mais de manière décalée, toujours en mode grande gueule évidemment. Un aspect « décalé » que Julien Cazarre se permet de nuancer : « Enfin pas trop décalé quand même, je vous rappelle que le fantôme de Marlène Schiappa rôde dans toutes les rédactions ». Autre point : Lellouche n’avait toujours pas trouvé les preuves pour Gad.

Enfin dernière petite nouveauté de la grille : l’arrivée du jeune Mohamed Bouhafsi pour un « Breaking Foot ». Aux allures de premier de la classe, il est passé d’auditeur passionné à stagiaire et désormais présentateur, et rien que pour ça, je ne peux que lui tirer mon chapeau pour son audace, en lui souhaitant bonne chance.

S’en suit une séance de questions/réponses entre Alain Weill, Morgan Serrano, nouveau directeur de la station et les journalistes. Et la question qui me brûlait les lèvres arrive directement : pourquoi ces têtes d’affiche EXCLUSIVEMENT masculines ? Il est vrai que si Maitena Biraben sauvait l’honneur la saison dernière, il n’en est pas de même cette année puisque qu’aucune des émissions n’est présentée par une femme, bien que Jean-Jacques Bourdin et Philippe Lellouche soient entourés de femmes. Une question à laquelle Morgan Serrano se contentera d’un : « On a pas trouvé d’animatrice qui convenait sinon on en aurait mis une ». Simple. Efficace. Un peu trop d’ailleurs.

En partant, le service de presse nous offre gracieusement un sac à leur effigie ainsi qu’une batterie portable, j’ai bien fait de venir. (Il n’y a aucune ironie dans cette phrase, ça m’a vraiment fait plaisir).

Enfin bref, on charrie, on charrie mais ce fut une bien belle expérience que d’assister à cette conférence de presse, qui l’eut cru pour un petit site comme le nôtre ? Et puis on ne peut qu’applaudir la stratégie de RMC qui n’a pas énormément changé sa grille des programmes, point sur lequel Alain Weill a bien insisté : la radio est un média d’habitude.