Yoann Riou : « Danse avec les Stars a changé ma vie »

le

Devenu un phénomène ces dernières années avec sa bonne humeur et ses commentaires passionnés sur la chaîne L’Equipe, le journaliste sportif Yoann Riou a franchi un cap l’année dernière en termes de médiatisation : passer ses samedis soir sur TF1 en tant que candidat de la dixième saison de Danse avec les Stars. Septième au classement final, le journaliste n’aurait jamais pensé en arriver là. Il nous dévoile ses impressions sur son aventure, quelques semaines s’étant écoulées et la pression largement retombée, mais peut-être pas l’excitation.

LPTV : Quelques semaines après la fin de Danse avec les stars édition 2019, es-tu heureux d’avoir fait partie de cette aventure ?

Yoann Riou : Bien sûr ! J’ai profondément aimé participer à Danse avec les stars. Cette émission a changé ma vie et continue de changer ma vie. En beaucoup mieux. J’ai repris ma vie en main grâce à cette émission. On dit souvent : « Ce n’est que de la télé. » Mais cette aventure, c’était tellement plus que de la télé, c’est infiniment plus que de la télé. J’ai perdu 22 kilos grâce à Danse avec les stars, et depuis la fin de l’émission, je n’ai rien repris. J’étais obèse. DALS m’a fait prendre conscience de beaucoup de choses, des problèmes que j’avais. Faire minimum quatre heures de sport par jour pendant sept semaines, ce fut absolument fantastique, merveilleux. Un truc de dingue. Tu te remets sur le bon chemin, tu fais du sport, tu dors mieux, tu manges plus sainement. Et je continue le sport à fond depuis, ainsi je serai prêt pour le nouveau marathon que je ferai dans la première partie de 2020. Je le dis, je le répète, et je ne cesserai jamais de le faire : cette émission m’a fait un bien incroyable, m’a apporté tellement.

LPTV : Qu’est-ce qu’elle t’a apporté ?

Yoann Riou : Je suis quelqu’un ayant un trac énorme. Alors, quand on te dit lors de cinq primes sur TF1, le samedi soir, en direct, en public, devant plus de 3 millions de téléspectateurs, que c’est ton tour d’aller danser, vous pouvez imaginer l’état dans lequel je me trouvais. Juste avant de fouler le parquet, lors du premier samedi, j’ai cru que j’allais tomber dans les pommes. Donc, Danse avec les stars m’a permis d’avancer énormément par rapport à la gestion du stress. Et franchement, je stresse beaucoup moins désormais avant les émissions, notamment sur la chaîne L’Equipe. J’ai toujours le trac, évidemment, on ne change pas du tout au tout, mais ça ne me paralyse pas. Je me sens plus libéré avant les émissions, et c’est plus agréable pour moi à vivre. Et pendant les cinq soirées où j’ai dansé avec Emmanuelle Berne, j’ai adoré le faire dans cet immense studio télé, on était complètement portés par les 450 spectateurs présents. Ils mettaient une ambiance de dingue. Au bout de dix secondes de la première danse, je me suis dit : « Mais c’est dingue, fabuleux cette ambiance ! Mais c’est quoi ce truc ? ». Il y avait vraiment une atmosphère géniale. Par ailleurs, nous étions suivis chaque jour, pendant les entraînements, par un journaliste de TF1, Scarlett, France, Baptiste ou Mélanie. Ils étaient chargés de réaliser un reportage sur nous pour chaque prime. Ils nous posaient beaucoup de questions. Sur notre aventure dans DALS, sur notre vie, notre passé, notre histoire. C’était hyper intéressant parce qu’ils allaient en profondeur, et tu ne pouvais pas mentir, te mentir. Tu apprenais ainsi beaucoup sur toi-même. Ça nous faisait avancer. C’était passionnant, enrichissant.

LPTV : Quand ‘Le Plateau Télé’ avait révélé ta participation à l’émission, tu nous avais contactés parce que tu craignais que ça te coûte ta place. Finalement, tout s’est bien passé.

Yoann Riou : Déjà, alors que j’avais été contacté simplement pour passer le casting de DALS, on en avait parlé pendant une émission des Grosses Têtes, sur RTL. On l’avait fait en rigolant, sans prise de tête, joyeusement. Mais déjà, j’avais eu hyper peur. Je pensais que dans l’heure, TF1 allait m’appeler pour me dire de ne plus venir au casting. Mais ils n’avaient rien dit. Et, de toute façon, j’étais persuadé de ne jamais aller au-delà du casting. Finalement, TF1 m’a rappelé deux semaines après l’essai pour me dire que c’était bon. Après, vous sortez l’info comme quoi j’allais sûrement participer à l’édition 2019. Des semaines avant l’officialisation de la chaîne. Là, j’étais persuadé que c’était fini. Je comprends absolument que les chaînes tiennent à la confidentialité des castings. Mais ce n’est pas moi qui vous avais appelé. J’étais resté bouche cousue. Quand j’ai vu votre article, j’étais persuadé que c’était cuit, terminé, que je serai exclu du casting. Je m’étais permis de vous contacter sur Twitter, en privé, pour vous féliciter de votre info, tout en vous disant qu’en même temps, j’allais sûrement recevoir un coup de fil de TF1 pour annuler ma participation. Mais personne de chez eux ne m’a appelé pour annuler. Je ne sais toujours pas comment vous avez fait (rires). Parce qu’à ce moment-là, je ne l’avais dit à personne. Vous m’avez causé une sacrée frayeur ! (rires) Et d’ailleurs, en août dernier, pendant l’enregistrement des Enfants de la télé, sur France 2, j’étais resté muet sur mon éventuelle participation à DALS.

LPTV : En quoi c’était important de participer à DALS ?

Yoann Riou : Franchement, quand TF1 t’appelle pour participer à un programme bienveillant, positif, familial, où tu fais du sport, où tu apprends à apprendre, où tu apprends plein de choses… Je n’ai pas hésité une seconde. Et l’entreprise pour laquelle je travaille, L’Equipe, m’a donné le feu vert, et je les remercie encore. La vie est courte, il faut foncer, se lancer, voir les choses avec le sourire, optimisme. Il ne faut pas se prendre la tête. Je ne regrette pas un seul instant d’avoir participé à ce programme, et je ne peux que conseiller aux gens qui seront contactés de dire oui. Ce fut une aventure humaine inestimable, et j’ai rencontré plein de gens épatants. Avoir vécu de l’intérieur une émission où chaque samedi soir environ 150/200 personnes sont mobilisées, ça t’apporte tant. J’ai fait des rencontres humaines pour la vie.

LPTV : Quel est ton meilleur souvenir de DALS ?

Yoann Riou : Sans aucun doute, l’amitié qui est née, qui s’est forgée avec Emmanuelle Berne, ma partenaire de danse. Elle a été fantastique à mon égard, hyper pédagogue, patiente, humaine, bienveillante, toujours optimiste. Je ne pouvais pas tomber mieux. L’humain est fondamental dans une telle aventure. Emmanuelle a été essentielle. Elle m’a poussé, encouragé à continuer le sport, toujours avec les mots justes. Elle est devenue mon coach ! On se voyait déjà beaucoup en dehors de DALS pendant l’émission, et on continue de se voir beaucoup depuis le dernier prime en novembre. Je m’entends super bien avec son compagnon, Chris, aussi. Je suis allé les voir en Angleterre en décembre, on a aussi passé deux jours en Normandie ensemble pendant ces fêtes de fin d’année. C’est une amitié magnifique. Emmanuelle est vraiment une danseuse, une chorégraphe, une personne géniale !

LPTV : Qu’as-tu pensé du vainqueur de DALS ?

Yoann Riou : C’était très touchant, émouvant de voir en finale Sami El Gueddari et Ladji Doucouré, deux sportifs, deux personnes représentant avec une humilité exemplaire les plus belles valeurs du sport. Deux grands champions de la résilience. Ils ont incarné magnifiquement cette émission, ils ont été dans le dépassement de soi, ils sont inspirants. Tu ne peux pas avoir meilleurs ambassadeurs de DALS. Pendant toute la durée du programme, ils ont offert avec Fauve Hautot et Inès Vandamme des danses bouleversantes, qui te remuent. En plus, Sami et Ladji ont été des compagnons d’aventure idéaux, me rassurant très souvent et me donnant des conseils précieux.

LPTV : On t’a vu aux NRJ Music Awards et au Grand Bêtisier du 31 décembre sur TF1. Est-ce que de nouvelles collaborations avec TF1 sont prévues ?

Yoann Riou : À Cannes, pendant les NRJ Music Awards, les gens de TF1 ont été super sympas, accueillants avec moi et Emmanuelle Berne. On avait passé une soirée fantastique grâce à eux. Et quand TF1 m’a invité au Bêtisier du 31, j’ai dit oui immédiatement. L’enregistrement s’est parfaitement bien passé, on a beaucoup rigolé, et la séquence nous concernant, Emmanuelle et moi, était super marrante. Du premier coup de fil de TF1 pour m’inviter au casting de DALS à aujourd’hui, je ne peux que remercier les gens de cette chaîne pour leur gentillesse, leur bienveillance, leur accompagnement. Ils sont adorables, m’ont beaucoup apporté ! Des mois où tout a coulé de source. Il n’y a rien de prévu pour le futur, il n’y a aucune discussion et je vous assure que je ne vous cache rien. Et je n’oublierai jamais que je dois énormément à l’émission Quotidien, sur TMC, et à son journaliste Etienne Carbonnier. Si Etienne n’avait pas évoqué positivement, de manière sympa, nos commentaires de matchs sans images sur la chaîne L’Equipe, rien ne se serait passé pour moi. J’aurai toujours une énorme reconnaissance pour Etienne et Quotidien. Quand juste avant notre première danse avec Emmanuelle, il y a eu ce magnéto surprise avec Etienne Carbonnier et Yann Barthès, j’ai trouvé ça une fois encore adorable de leur part. Etienne a dû se coltiner des heures de visionnage de nos entraînements de DALS et je trouve le résultat du magnéto hilarant.

LPTV : S’ils te contactaient pour Ninja Warrior, tu serais partant ?

Yoann Riou : C’est un programme qui fonctionne parfaitement, animé de manière formidable, avec des audiences au top. Ils n’ont absolument pas besoin de moi. Ils ont déjà absolument tout ce qu’il faut. Ils sont super, super forts ! Je le dis de nouveau : j’ai déjà eu la chance folle d’être convié à DALS, j’ai déjà eu énormément de chance. Les mois prochains, à la chaîne L’Equipe, je serai super heureux de continuer à commenter les matchs de foot, sans images, de la Ligue des champions. J’adore participer à ce programme où l’on s’amuse, dans une ambiance conviviale, où l’on prend beaucoup de plaisir. Nous en sommes à notre quatrième saison de commentaires sans images, c’est une chance dingue de pouvoir participer à ce programme où nous avons une liberté magique. Et je remercierai toujours la chaîne L’Equipe de m’avoir mis dans ce concept ! Je suis un grand veinard ! Quand je pense que le « cagibi » de nos commentaires de foot sans images que j’adore m’a emmené jusqu’à l’immense parquet et studio de DALS et jusqu’aux Grosses Têtes sur RTL… Trois merveilleuses cours de récréation où l’on a la chance de prendre son pied.

LPTV : Et Ninja Warrior en tant que candidat ?

Yoann Riou : Et comme candidat, oh non, je serais beaucoup trop nul ! Mieux vaut des participants qui sont des top athlètes comme les années passées ! Tu regardes l’émission tranquille dans ton canapé, et tu te dis : « Whaou, comment ils font ! » Moi, je n’ai absolument aucune force dans mes bras ! Ni dans mes abdos, ni dans mes jambes ! Une catastrophe absolue ! (Rires)